Ce gouvernement de coalition est bon pour les femmes

Wednesday, December 14 2011

Des personnes militant pour l'accès des femmes à l'égalité ont confirmé qu'elles appuient le gouvernement de coalition pendant des rassemblements de soutien tenus dans les différentes parties du pays aujourd'hui.

« Nous avons lu soigneusement l'accord politique et nous avons écouté ce que les partis avaient à dire au sujet de leurs projets », a déclaré Gisèle Pageau, du Syndicat des communications, de l'énergie et du papier. « Nous pouvons dire avec assurance que ce gouvernement de coalition est bon pour les femmes. »

Le gouvernement de coalition entre le Parti libéral et le NPD, qui est appuyé par le Bloc, a pris plusieurs engagement sur des politiques intéressant particulièrement les femmes qui ont été supprimées ou négligées par le gouvernement minoritaire Harper. Ces politiques comprennent les suivantes :

< Après avoir lutté contre le programme anti-égalité du gouvernement Harper pendant deux années, nous sommes ravies de voir proposer ces politiques » a indiqué Aalya Ahmad, de la Coalition spéciale pour l'égalité des femmes et les droits de la personne. « Actuellement, les femmes ont moins d'accès à l'a.-e., sont plus susceptibles d'occuper des emplois précaires et se font pénaliser sur le marché du travail quand elles n'ont pas accès à des services de garde d'enfants. Les nouvelles mesures donneront aux femmes une protection dont elles ont grand besoin pour ne pas payer le prix de la crise économique. »

Bien que l'équité salariale n'ait pas été mentionnée expressément dans l'accord du gouvernement de coalition, les militantes pour les droits des femmes disent qu'elles disposent d'engagements antérieurs des trois partis de l'opposition en vue de la mise en œuvre des recommandations de 2004 du Groupe de travail sur l'équité salariale. La proposition faite dans l'énoncé économique du gouvernement Harper pour que les femmes ne puissent pas présenter des plaintes pour l'équité salariale a été jugée aberrante par bien des Canadiens et des Canadiennes.

Après avoir pris le pouvoir en 2006, le gouvernement minoritaire Harper n'a pas tardé à réduire le financement de Condition féminine Canada et à annuler les ententes conclues avec les provinces sur les services de garde d'enfants, même s'il s'était engagé avant les élections à respecter la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW). Quand ils ont été invités par les organisations de femmes à renouveler leur engagement en vertu de la CEDAW en 2008, tous les partis de l'opposition ont signé. Le gouvernement Harper ne s'est même pas donné la peine de répondre. C'est pour ces raisons que les militantes pour les droits des femmes ne s'étonnent guère des positions actuelles du premier ministre.

« En tant que travailleuse de garderie, je vois un petit garçon qui ne peut pas partager le bas à sable et qui cherche à intimider les autres enfants, et particulièrement les fillettes », dit Rachel Besharah, du SCFP. « Les femmes n'ont tout simplement pas confiance en la capacité de M. Harper de travailler avec les autres en raison de ses antécédents de non-collaboration avec nous. »

Les allusions fréquentes des Conservateurs au fait de « coucher avec
ls séparatistes » ont mis les groupes de femmes en colère. « Il est à espérer que les Canadiens et les Canadiennes ne se laisseront pas berner par ces atteintes au Bloc visant à semer la désunion », a dit Jessica Notwell, du Conseil pan canadien du développement économique communautaire des femmes.

« Nous sommes heureuses d'avoir l'occasion d'appuyer un gouvernement
qui ne menace pas sans cesse les droits à l'égalité des femmes. »

 

Latest news

Browse by topic