Côté coeur, les femmes de 40 ans et plus ignorent tout des risques qu'elles courent

Wednesday, December 14 2011

Sentinelle du Groupe CNW:

FEDERATION DES FEMMES MEDECINS DU CANADA (FFMC) 
Transmis par le Groupe CNW le : 3 Juin 2008 07:00

Côté coeur, les femmes de 40 ans et plus ignorent tout des risques qu'elles courent
 
<< Les femmes, qui considèrent encore les maladies du coeur comme une "affaire d'homme", ne se préoccupent pas des risques qu'elles courent à cet égard, de leur taux de cholestérol ni des mesures nécessaires
pour le surveiller et le maîtriser. >>
 
MONTREAL, le 3 juin /CNW Telbec/ - Les maladies du coeur viennent au premier rang des causes de mortalité chez les femmes au pays(1). Un nouveau sondage de la Fédération des femmes médecins du Canada (FFMC) révèle pourtant que bon nombre de Canadiennes connaissent bien mal leurs propres facteurs de risque de maladie cardiovasculaire, notamment leurs taux cibles de cholestérol, et que cela ne semble pas les préoccuper outre mesure.

            Les résultats de l'enquête LIPSTICK sur les connaissances des femmes en matière de cholestérol (LIPitor: Women'S InsighTs Into Cholesterol Knowledge), réalisée par Léger Marketing, nous apprennent que même si presque toutes les Canadiennes de 40 ans et plus (94 pour cent) affirment accorder de l'importance à leur taux de cholestérol, cet aspect n'est pas une priorité. En effet, selon l'enquête LIPSTICK, presque la moitié des femmes interrogées (soit 46 pour cent) se soucient surtout de leur poids, alors qu'elles ne sont que cinq pour cent à se préoccuper de leur taux de cholestérol. En réalité, parmi les participantes au sondage, une femme sur dix seulement connaissait son taux de cholestérol LDL (le "mauvais" cholestérol), alors que plus de six femmes sur dix (64 pour cent) se souvenaient de leur poids au secondaire.

            L'enquête LIPSTICK nous apprend aussi que quatre femmes sur 10 âgées de 40 ans et plus n'avaient pas fait mesurer leur taux de cholestérol au cours des 12 derniers mois, malgré le risque d'hypercholestérolémie (taux de cholestérol élevé) et de maladie du coeur qui augmente avec l'âge. En outre, sur les trois participantes sur dix qui avaient déjà reçu un diagnostic d'hypercholestérolémie, une sur six ne faisait pas mesurer son taux de cholestérol annuellement.

            "L'enquête LIPSTICK révèle que les Canadiennes reconnaissent l'importance de maintenir un faible taux de cholestérol, mais qu'elles demeurent nombreuses à négliger de le faire mesurer régulièrement. Pour prévenir les maladies du coeur, il faut d'abord bien connaître ses facteurs de risque, y compris son taux de cholestérol, affirme la Dre Sofia Shames, résidente en cardiologie et membre de la FFMC. Heureusement, il n'est jamais trop tard pour bien faire. Les femmes doivent collaborer avec leur médecin pour déterminer leurs facteurs de risque personnels et les moyens à prendre pour réduire leur risque de maladie cardiovasculaire en modifiant leur alimentation et leur mode de vie ou en prenant des médicaments, au besoin."
 
LA MALADIE CARDIOVASCULAIRE N'EST PLUS L'APANAGE DES HOMMES

            Aussi surprenant que cela puisse paraître, plus de la moitié des
Canadiennes interrogées dans le cadre de ce sondage ignorent que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à succomber à la maladie cardiaque chaque année. Les maladies du coeur et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont responsables du tiers de tous les décès chez les femmes, et celles-ci sont plus susceptibles que les hommes de mourir de ce type de maladie(2).

            Selon l'enquête LIPSTICK, bien que les statistiques ne jouent pas en leur faveur, peu de femmes reconnaissent qu'elles sont exposées à un risque de maladie du coeur. En effet, plus du tiers des femmes interrogées (37 pour cent) sous-estiment leur propre risque de maladie cardiaque, convaincues qu'elles ne sont pas "à risque" ou alors qu'elles le sont "très peu". Pire encore, la majorité ne fait aucun lien entre les facteurs de risque, comme un taux élevé de cholestérol, et leur risque de développer une maladie cardiovasculaire. Pourtant, c'est une proportion alarmante de 80 pour cent des Canadiennes interrogées qui déclarent présenter au moins deux facteurs de risque - tels que l'âge, le diabète, un taux élevé de cholestérol et/ou une tension artérielle élevée - ce qui les expose à un plus grand risque de maladie du coeur et d'AVC.

            "Les maladies du coeur ne concernent pas uniquement les hommes, car il s'avère que plus de femmes que d'hommes en meurent, explique la Dre Shames. Les femmes ont toujours fait passer les besoins de leur famille avant les leurs; mais lorsqu'il s'agit de leur santé, elles doivent rétablir les
priorités. L'enquête LIPSTICK montre bien que les Canadiennes doivent commencer à se sentir personnellement interpellées par la maladie cardiaque."

LE COEUR DU PROBLEME : LES FEMMES DOIVENT AGIR POUR REDUIRE LEUR RISQUE

            Le plus préoccupant, c'est que les femmes ayant reçu un diagnostic
d'hypercholestérolémie ne font pas suffisamment d'efforts pour réduire leur risque de maladie cardiovasculaire. L'enquête LIPSTICK révèle que près d'une Canadienne sur cinq (soit 18 pour cent) ayant reçu un tel diagnostic ne fait pas d'exercice dans le but d'améliorer son état de santé général et de réduire son taux de cholestérol ainsi que le risque de maladie cardiovasculaire qui en découle. La plupart d'entre elles évoquent un simple manque de motivation pour justifier qu'elles ne font pas d'exercice.

            "Ma santé se porterait sûrement mieux aujourd'hui si j'avais obtenu des informations sur les signes avant-coureurs des maladies cardiaques à un plus jeune âge, affirme Carolle Riendeau. Je ne croyais pas être à risque de
développer une maladie cardiaque puisque je me suis toujours considérée comme une femme active et en bonne santé. J'ai malgré tout appris que je faisais de l'hypercholestérolémie et que des mesures sérieuses s'imposaient. Maîtriser mon taux de cholestérol est maintenant une de mes priorités. Je continue donc de faire de l'exercice régulièrement, j'ai adopté une alimentation plus saine et je prends Lipitor pour mettre toutes les chances de mon côté."
 
A PROPOS DE L'ENQUETE LIPSTICK

            L'enquête LIPSTICK a été réalisée pour déterminer dans quelle mesure les Canadiennes connaissent la maladie cardiovasculaire et ses facteurs de risque, comme un taux élevé de cholestérol. Ce sondage a permis de mieux cerner la perception des femmes et la compréhension qu'elles ont des maladies du coeur dans le but d'améliorer la prise en charge de l'hypercholestérolémie.


            Au total, 2 000 femmes canadiennes de 40 ans et plus ont participé à un sondage en ligne. Il est admis que les résultats d'un échantillon de cette
taille peuvent être considérés exacts à +/- 2,1 pour cent, soit 19 fois sur
20. L'enquête LIPSTICK a été réalisée par Léger Marketing en collaboration avec la Fédération des femmes médecins du Canada. L'enquête LIPSTICK a été appuyée par une contribution inconditionnelle à visée éducative de Pfizer Canada Inc.

A PROPOS DE LA FEDERATION DES FEMMES MEDECINS DU CANADA
 
            La Fédération des femmes médecins du Canada (FFMC) est un organisme national visant à promouvoir l'avancement professionnel, social et personnel des femmes médecins, tant dans le domaine médical que dans la société en général. Depuis sa fondation en 1924, la FFMC a pour mission d'aider les femmes médecins et les étudiantes en médecine, en leur offrant des bourses, en faisant du mentorat et en leur donnant des occasions de réseautage, tout en faisant valoir les droits des femmes médecins et la santé des femmes dans la société.
            Au Canada, la plupart des femmes médecins oeuvrant au premier plan ont été formées grâce à leur affiliation à la FFMC, un membre indépendant de l'Association internationale des femmes médecins.
 
A PROPOS DE PFIZER CANADA INC.
 
            Pfizer Canada Inc. est la filiale canadienne de Pfizer Inc, première entreprise pharmaceutique à l'échelle mondiale. Pfizer découvre, met au point, fabrique et commercialise des médicaments d'ordonnance pour les humains et les animaux. Fidèle à son principe directeur, "Ensemble, vers un monde en meilleure santé", Pfizer mène des travaux de recherche et de développement dans divers domaines thérapeutiques. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site www.pfizer.ca.
 

Latest news

Browse by topic