Des organismes canadiens qui travaillent en santé sexuelle et reproductive dénoncent l’incohérence du gouvernement Conservateur Canadien en matière de santé des femmes

Thursday, October 10 2013

Montréal, le 9 octobre 2013 – Suite aux déclarations faites la semaine dernière par le Ministre des affaires étrangères John Baird et par le
Ministre du développement international Christian Paradis, des groupes canadiens qui travaillent en santé sexuelle et reproductive s’interrogent sur l’engagement réel du gouvernement conservateur en matière de santé des femmes au niveau international.

En effet, fin septembre, M. Harper et son gouvernement ont voulu réaffirmer leur position de leader international en santé des femmes en soulignant les fonds investis par le Canada dans le domaine de la santé des mères, des nouveaux nés et des enfants et en prenant position contre les mariages forcés des jeunes filles et contre le viol comme arme de guerre.

Pourtant, ce même gouvernement refuse toujours de soutenir l’accès à l’avortement dans les pays en développement, même en cas de viol et de mariage forcé. Et ce alors qu’on sait qu’une jeune fille a plus de risque de mourir en couches qu’une femme adulte, que 47 000 femmes meurent chaque années des suites d’un avortement clandestin et que des millions d’autres sont blessées et mutilées à cause des mauvaises conditions dans lesquelles se déroulent l’intervention.

«Comment croire à une réelle préoccupation du gouvernement pour la santé des femmes au niveau international, alors qu’il refuse de soutenir un service de base, reconnu comme un élément fondamental du droit à la santé par le Rapporteur spécial de l’ONU? » s’interroge Joyce Arthur, Directrice de la Coalition canadienne pour le droit à l’avortement. « Nous avons besoin de politiques cohérentes. »

Les femmes et les jeunes filles ont des besoins spécifiques en matière de santé sexuelle et reproductive et l’accès à des services d’avortement légaux et sécuritaires est aussi important que l’accès à la contraception ou à des services périnataux de qualité. 

« Au Canada, nous avons lutté et continuons de le faire pour que toutes les femmes aient accès à des services de santé sexuelle et reproductive adaptés à leurs besoins. Nous sommes aussi solidaires des femmes à travers le monde. C’est pourquoi nous demandons avec insistance au Gouvernement Canadien de laisser de côté les postures politiques et idéologiques et de mener des actions concrètes, afin de devenir, réellement, un leader international en matière de santé des femmes » déclare Sophie de Cordes, porte-parole de la Fédération du Québec pour le planning des naissances.

Latest news

Browse by topic