Équité salariale, un mouvement fort

Tuesday, March 8 2016

Journée internationale des femmes 2016

L'équité salariale : un mouvement fort au Nouveau-Brunswick

À la veille de la Journée internationale des femmes, la présidente et la directrice générale de la Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick font le bilan des réalisations du mouvement provincial pour l'équité salariale.

« Nous poursuivons constamment notre objectif - c'est-à-dire un salaire égal pour un travail de valeur égale - pour toutes les femmes de la province. Nous ne sommes pas encore arrivées au but, mais à l'occasion de la Journée internationale des femmes, nous faisons une pause afin de mesurer le chemin parcouru », dit Vallie Stearns, présidente de la Coalition. « Nous constatons que beaucoup de travail a été accompli au cours des dernières années, en commençant par la croissance soutenue de la sensibilisation du public à la valeur du travail à prédominance féminine et au droit à l'équité salariale ».

Selon Vallie Stearns, de nombreux Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises et la plupart des politiciens et politiciennes comprennent maintenant ce qu’est bien l'équité salariale et sont maintenant favorables à sa mise en œuvre.

« Nous sommes très fières de dire que des femmes et des hommes de toutes les couches de la société ont participé au mouvement pour l'équité salariale au Nouveau-Brunswick. On compte des travailleuses et des travailleurs, des organisatrices communautaires, des chefs syndicaux et religieux, des étudiantes et professeures des collèges et des universités, des philanthropes, des politiciennes et politiciens de tous les paliers et même des employeurs », affirme Johanne Perron, directrice générale de la Coalition.

« Collectivement, la population du Nouveau-Brunswick a réussi à faire de l'équité salariale un enjeu politique et à faire adopter une loi sur l'équité salariale dans le secteur public. De plus, elle a mobilisé un appui solide pour de meilleurs salaires dans le secteur de la prestation des soins du secteur privé », soutient Vallie Stearns. « La force du mouvement a fait en sorte que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a promis d'exiger des plans d'équité salariale de la part des organisations ayant plus de 50 employés qui transigent avec le gouvernement. Par ailleurs, nous avons contribué au mouvement national pour une loi fédérale sur l'équité salariale, et le gouvernement fédéral élabore présentement des mesures proactives d'équité salariale.  Ces réalisations sont considérables ! »

Même si Vallie Stearns et Johanne Perron applaudissent les progrès réalisés en matière d'équité salariale, elles ne sont pas sans savoir que le travail de la Coalition est loin d'être terminé. « Nous allons continuer de revendiquer pour l'équité salariale dans le secteur privé et de surveiller les initiatives d'équité salariale en cours », dit Vallie Stearns. « L'équité salariale est un droit de la personne et toutes les Néo-brunswickoises devraient pouvoir s’en prévaloir ».

La Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick célèbrera son 15ème anniversaire cette année mais elle reconnaît la contribution préalable de nombreuses femmes et de nombreux hommes du Nouveau-Brunswick au mouvement pour l'équité salariale, à partir de la fin des années 1970. Johanne Perron fait remarquer que « nous construisons sur les bases établies par les militantes et des militants qui sont venus avant nous, y compris les infirmières, les enseignantes, divers syndicats, la Fédération des travailleurs et des travailleuses du Nouveau-Brunswick, l'ancien Conseil consultatif sur la condition de la femme du NB, la Fédération des dames d'Acadie, la Marche mondiale des femmes de l’an 2000, pour ne nommer que ceux-là ».

Latest news

Browse by topic