L'AFPC demande la démission de la ministre responsable de Condition féminine Canada

Monday, July 26 2010

Pour diffusion immédiate le 29 novembre 2006 :   Ottawa--Les Canadiennes et les Canadiens sont outrés par les coupes de cinq millions de dollars apportées au budget de Condition féminine Canada (CFC) et par les nouvelles directives interdisant l’utilisation de fonds fédéraux pour entreprendre des projets de recherche et des activités de défense des droits.

Pis encore, sous prétexte d’« accroître l’efficacité » de CFC, le gouvernement a décidé d’éliminer près de la moitié des postes de Condition féminine Canada, et ce partout au pays.  « Comment la ministre Oda peut-elle s’imaginer que la population canadienne croit qu’elle et son gouvernement agissent dans le meilleur intérêt des femmes? Nous demandons à la ministre de démissionner. Elle ne peut tout simplement plus prétendre représenter les Canadiennes ni défendre l’égalité des femmes », déclare Robyn Benson, dirigeante de l’AFPC responsable du dossier des droits des femmes.

Des 131 postes de CFC, la plupart étant occupés par des femmes, 61 sont abolis. D’une part, nous savons que le gouvernement ferme 12 des 16 bureaux régionaux établis un peu partout au pays. D’autre part, nous savons aussi que des cadres supérieurs reçoivent une promotion.

Condition féminine Canada doit être plus qu’un organisme subventionnaire et certainement plus qu’un secrétariat pour la ministre. Les besoins restent. Il faut continuer d’élaborer des politiques internes sur l’égalité des sexes. Il faut poursuivre les travaux de recherche indépendante sur les enjeux des femmes. Il faut continuer de surveiller de l’intérieur les répercussions des politiques gouvernementales sur les femmes. CFC doit continuer de promouvoir l’égalité des femmes, à l’intérieur comme à l’extérieur du gouvernement, ici au Canada et partout dans le monde. L’«
accroissement de l’efficacité » du gouvernement Harper coûtera cher!

« Le gouvernement Harper a manifestement trahi les Canadiennes et les Canadiens qui se sont dévoués pour garantir un soutien aux systèmes et programmes qui favorisent l’égalité », déclare le président national de l’AFPC John Gordon.

« Nous n’avons pas encore atteint l’égalité. Pour ce faire, il faut en priorité rétablir le financement alloué à la recherche et à la défense des droits, et augmenter le financement du Programme des femmes », souligne Robyn Benson. « Le gouvernement devrait écouter les membres élus du Comité permanent de la condition féminine, déclare Heather Brooker, présidente de l’Élément national de l’AFPC qui représente les travailleuses et les travailleurs visés. Le rapport majoritaire du Comité, le fruit des consultations auprès de milliers de femmes de partout au pays, demande la restitution des cinq millions de dollars dans le budget d’exploitation de CFC. »

Pour citer le Rapport sur les plans et priorités de 2006-2007 de CFC : « L’égalité entre les sexes est cruciale pour l’avenir du Canada. Et cela est tout aussi vrai pour chaque femme et chaque fille (*) ». La ministre Oda ne respecte certainement pas cet engagement. Elle doit démissionner.

L’AFPC représente 160 000 membres de partout au Canada, y compris la majorité des travailleuses et des travailleurs syndiqués à Condition féminine Canada.
 

Latest news

Browse by topic