Le Conseil du statut de la femme et le secrétariat à la condition féminine en danger

Wednesday, July 28 2010
*Québec, le vendredi 21 octobre 2005* - La députée de Terrebonne et porte-parole de l'opposition officielle en matière de condition féminine déplore l'attitude de la ministre responsable de la condition féminine qui, questionnée en Chambre cette semaine à ce sujet, a refusé de s'engager à maintenir le Conseil du statut de la femme et le Secrétariat à la condition féminine. « En refusant de répondre à mes questions, la ministre Théberge confirme ainsi ma crainte que soient abolis ces deux organismes », a expliqué Mme Caron.


 

La députée rappelle que les groupes de femmes ont été unanimes à demander le maintien du Conseil du statut de la femme et de ses représentantes régionales. En ce moment, quatre régions n'ont plus de répondantes régionales. Les groupes demandent également le maintien du Secrétariat à la condition féminine et que celui-ci recouvre son autonomie initiale. « En leur nom, je réitère à la ministre responsable de la Condition féminine l'importance de ne pas abolir ces deux organismes qui remplissent une mission incontournable. En aucun cas, nous accepterons de les voir disparaître », a indiqué la porte-parole.


 

Par ailleurs, interpellée en Chambre sur son refus de rencontrer les groupes de femmes lundi à l'occasion de l'étape finale de la marche à relais de la Charte mondiale des femmes pour l'humanité, la ministre a affirmé « qu'il faut savoir que nous avons rencontré les représentantes le jeudi précédant le 17 octobre ». Or, jamais la ministre n'a rencontré elle-même les groupes, la rencontre s'étant plutôt déroulée entre l'attachée politique de la ministre et des représentantes du Secrétariat à la condition féminine, et ce, dans le but d'entendre une dernière fois les revendications québécoises et non de donner des réponses.


 

« La ministre n'a pas dit la vérité, elle n'a jamais rencontré les représentantes de la Marche mondiale. Dois-je lui rappeler que la marche à relais de la Charte mondiale des femmes pour l'humanité est un événement d'envergure internationale et qu'il est donc totalement inacceptable de n'envoyer qu'un communiqué. Même si elle tente de se racheter en les rencontrant aujourd'hui, la ministre aura démontré par son absence le peu d'importance qu'elle accorde à la condition féminine », a conclu la porte-parole.

Latest news

Browse by topic