Les écarts de revenu et de pauvreté entre les hommes et les femmes persistent malgré les budgets « prudents » du passé et du présent

Monday, July 26 2010

Ottawa, le 30 mars 2004 : D’importants écarts de revenus persistent entre les hommes et les femmes, selon un nouveau rapport diffusé aujourd’hui par l’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux (ACTS).

Cette analyse du revenu et de la pauvreté des femmes a été rendue possible par la publication en 2003 du recensement canadien de 2001, qui comportait des données et des tendances liées au revenu.

Ellen Oliver, présidente de l’ACTS a déclaré : « En même temps que nous recevons le budget fédéral de cette année, ce rapport nous rappelle que les femmes continuent de recevoir des revenus moindres que ceux des hommes, et qu’elles composent une part disproportionnée de la population pauvre du Canada.

En se penchant sur le revenu salarial des femmes, on s’aperçoit que le ratio du salaire des femmes comparativement au salaire des hommes a peu changé au cours des dix dernières années. Une des principales raisons expliquant cette différence, lorsque la comparaison est effectuée en fonction du salaire annuel moyen, est le montant d’heures travaillées.

Selon le recensement de 2001, le revenu annuel moyen avant impôt des femmes de toutes les sources, y compris les transferts gouvernementaux, était de 22 885 $ ou 62 % du revenu des hommes. Les familles monoparentales dont le chef est une femme ont, de loin, le plus faible revenu moyen parmi les familles canadiennes.

En termes de pauvreté, la situation des femmes s’est quelque peu améliorée. Le pourcentage de femmes pauvres a diminué légèrement, mais la situation familiale demeure un facteur important pour déterminer qui est pauvre. Cette situation est particulièrement vraie pour les familles monoparentales où le parent est de sexe féminin, et pour les femmes âgées.

Selon Oliver, « Le taux de pauvreté a diminué un peu, mais la gravité de la pauvreté (l’écart entre le revenu moyen d’une personne pauvre et le seuil qui les amènerait au-delà de la ligne de pauvreté) s’est aggravée. »

Les écarts de revenu varient selon l’endroit où habitent les femmes. Parmi les provinces, le plus grand écart entre le revenu moyen des femmes et des hommes est en Alberta, et le plus bas à l’Île-du-Prince-Édouard. L’écart de revenu entre les femmes et les hommes est plus faible dans les territoires.

Tandis que le ratio de revenu d’emploi des femmes immigrantes aux hommes immigrants semble être similaire au ratio de la population en général, un plus grand pourcentage de femmes immigrantes, comparativement aux autres femmes, sont sans revenus d’emploi.

Le revenu d’emploi moyen des femmes et des hommes de minorités visibles est moindre que celui des autres femmes et hommes, mais l’écart entre les femmes et les hommes de minorités visibles n’est pas aussi considérable.

Les femmes figurent encore parmi les plus pauvres du Canada. Elles composent une part disproportionnée de la population à faible revenu : en 2001, 2,4 millions de femmes, comparativement à 1,9 million d’hommes.

La situation familiale a une profonde incidence sur la pauvreté. En 2001, 42 % des femmes seules âgées de 18 à 64 ans vivaient dans la pauvreté, comparativement à 12 % des femmes membres de familles.

Tandis que le taux de pauvreté des femmes a diminué de 18 % en 1992 à 16 % en 2001, la gravité de la pauvreté (l’écart entre le seuil de la pauvreté et le revenu moyen des femmes) est demeurée considérable, et dans certaines circonstances s’est aggravée. En 1992, l’écart des femmes seules de 18 à 64 ans était de 8094 $, et de 8546 $ en 2001.

Oliver a aussi affirmé, « Le revenu après impôt améliore légèrement le niveau de revenu de certaines personnes à faible revenu, et modère la fréquence, ainsi que la gravité de la pauvreté. Par contre, il n’y a pas de répercussions véritables sur la position relative des femmes, qui demeurent parmi les plus pauvres des pauvres. »

L’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux est une fédération d’associations provinciales et territoriales de travailleurs sociaux professionnels au Canada.

Pour obtenir plus de renseignements ou un exemplaire du rapport, veuillez communiquer avec :

Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux
383, avenue Parkdale, bureau 402
Ottawa (Ontario) K1Y 4R4
Tél. : 613 729-6668
Téléc. : 613 729-9608
Site Web :

www.casw-acts.ca

Latest news

Browse by topic