Les femmes pressent le Canada de respecter ses engagements internationaux

Monday, July 26 2010

Le 17 octobre 2005

Ottawa – En cette Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté, l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (AFAI) encourage le Premier ministre Paul Martin à faire preuve d’autant d’énergie pour s’acquitter des engagements du Canada en faveur des droits de la personne qu’il en met à tenir les engagements commerciaux du Canada.

La semaine dernière, Paul Martin a asséné un avertissement brutal aux États-Unis lorsqu’il a déclaré: « Excusez-moi de m’éloigner de la langue diplomatique, mais cela n’a aucun sens. Plus encore, c’est un abus de confiance…les pays doivent respecter leurs engagements. »

À cette fin, l’AFAI se présente aujourd’hui devant le Comité des droits de l’homme des Nations Unies, à Genève, pour rendre compte du respect par le Canada de la mise en application des droits des femmes canadiennes en vertu de la Convention des Nations Unies relative aux droits civils et politiques.

Le Comité des droits de l’homme de l’ONU est chargé de surveiller l’observation du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIRDCP). L’article 26 stipule que « toutes les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi. » L’article 3 du Pacte exige également que les gouvernements garantissent l’égalité des femmes et des hommes pour ce qui est de se prévaloir des droits.

Shelagh Day, représentante de l’AFAI à Genève et experte reconnue en matière de droits de la personne, note: « Il est essentiel que le Canada saisisse l’occasion et s’acquitte sérieusement des engagements pris dans tous les forums internationaux. Le Canada demande aux autres pays de respecter leurs engagements. Il est temps que nous fassions de même. »

La discrimination juridique continue envers les femmes autochtones, les niveaux élevés de pauvreté parmi les femmes autochtones, les femmes de couleur, les immigrantes récentes, les femmes vivant des incapacités et les mères seules, l’érosion des programmes sociaux dont les femmes sont fortement tributaires, l’absence d’accès à l’aide juridique et le traitement discriminatoire des travailleuses domestiques d’origine étrangère exigent tous des efforts plus soutenus de la part du Canada.

L’Alliance canadienne pour l’action internationale est une alliance de cinquante organisations de femmes du Canada déterminées à s’assurer que le Canada respecte ses engagements en faveur des droits de la personne.

Shelagh Day ajoute: « Même si le Canada a fait les premiers pas pour améliorer son dossier, il continue de faire face à de sérieux défis lorsqu’il s’agit de promouvoir l’égalité des femmes. »
 

Latest news

Browse by topic