Les hôpitaux ne répondent pas aux besoins des femmes en matière d'information

Monday, July 26 2010

Toronto, le 27 Octobre 2005 : Les Rapports sur les hôpitaux 2005 révèlent que les femmes sont moins satisfaites que les hommes à l'égard des soins prodigués dans les hôpitaux ontariens

Les femmes se sont dites globalement moins satisfaites que les hommes à l'égard des soins et des services prodigués dans les hôpitaux ontariens en 2003-2004. C'est ce que révèlent trois des quatre Rapports sur les hôpitaux 2005 récemment publiés par l'Association des hôpitaux de l'Ontario et le ministère de la Santé et des Soins longue durée. Le Conseil ontarien des services de santé pour les femmes a financé l'intégration d'indicateurs sur la santé des femmes dans les rapports de 2005 sur les hôpitaux.

Selon les rapports portant sur les services de réadaptation, les services des urgences et les soins actifs, les femmes jugent insatisfaisantes la qualité et à la quantité d'information qu'elles ont reçues en préparation de leur congé. Le Conseil pense que les causes sous-jacentes de cette insatisfaction doivent être immédiatement investiguées et éliminées.

Selon les constats de trois des quatre Rapports sur les hôpitaux 2005 (Services de réadaptation, Services des urgences et Soins actifs), les femmes sont moins satisfaites que les hommes lorsque l'on considère les indicateurs portant sur la satisfaction des patients, particulièrement lorsque ces derniers concernent la qualité et la quantité d'information que les femmes reçoivent au sujet de leur état, de leur traitement et des soins à prodiguer elles-mêmes à la maison. Bien que ces différences soient infimes, on les observe partout dans les rapports de 2005 portant sur les services de réadaptation, les services des urgences et les soins actifs, dans divers secteurs et dans des rapports précédents. Le Rapport sur les hôpitaux 2005 : Soins continus complexes ne relève toutefois aucune différence entre les taux de satisfaction exprimés par les hommes et les femmes. Les Rapports sur les hôpitaux 2005 sont des rapports indépendants mis au point pas l'Equipe de recherche pour le rapport sur les hôpitaux, organisme basé à l'Université de Toronto, et l'Institut canadien d'information sur la santé.

"Les femmes sont les principales utilisatrices des services de santé en Ontario et celles-ci vont à l'hôpital plusieurs fois au cours d'une vie, a déclaré Jane Pepino, présidente du Conseil. Il faut comprendre les raisons pour lesquelles elles se disent moins satisfaites des soins reçus pour nous aider à améliorer la santé des ontariennes et faire en sorte que la population en général se dise globalement plus satisfaite du réseau hospitalier. Une ventilation ultérieure des données - notamment une répartition en fonction du sexe, de l'ethnie, de l'éducation et du statut socio-économique - contribuera à comprendre comment les soins et la perception des soins diffèrent entre les sous-populations de femmes."

Certains hôpitaux se servent déjà de l'information contenue dans des rapports précédents pour apporter des changements positifs dans les soins offerts aux femmes. Le Centre de santé St. Joseph de Toronto, par exemple, y a puisé des occasions d'améliorer la satisfaction des patients. Il a également diffusé, en agrégat, les constats sur la santé des femmes pour que les cliniciens comprennent ces résultats et recherchent des occasions de changement et d'amélioration. Cependant, pour fournir un complément aux initiatives des hôpitaux en matière d'amélioration de la qualité, le Conseil croit qu'il faut s'attarder davantage à trouver les raisons expliquant les différences du taux de satisfaction exprimé par les hommes et les femmes et comment on peut remédier à ces problèmes.

"Bien que certains hôpitaux aient tenté d'en savoir plus sur les problèmes générant une insatisfaction de la part des patients pour améliorer les résultats, il est nécessaire d'explorer davantage les raisons pour lesquelles les femmes se montrent moins satisfaites. Il est clair que certains hôpitaux ne répondent pas aux besoins de leurs patientes en matière d'information sur leur état, les traitements et les soins à prodiguer elles-mêmes à la maison, a ajouté la Dre Donna Stewart, membre du Conseil. S'assurer que les femmes disposent de tous les outils nécessaires pour veiller elles-mêmes à leurs soins devient essentiel lorsqu'on tient compte du plan de transformation du gouvernement en place et du manque de médecins de famille actuel."

Le rapport sur les services des urgences signale également qu'un plus grand nombre de femmes ont visité le service des urgences pour des problèmes tels que l'asthme et la dépression. Ces visites à l'urgence, qui encombrent encore plus les ressources du réseau de la santé en Ontario, auraient pu être évitées en partie ou totalement grâce à un accès rapide aux soins primaires dans la collectivité. Comme les femmes affligées d'asthme sont plus susceptibles que les hommes de retourner à l'urgence dans les 24 à 72 heures suivant une première visite, il devient indispensable de gérer les patients en fonction du sexe.

"Ces rapports fournissent l'une des analyses les plus exhaustives sur les soins que reçoivent les femmes dans les hôpitaux dans le monde, a déclaré Adalsteinn Brown, chercheur principal de l'Equipe de recherche pour le rapport sur les hôpitaux. Point peut-être plus important encore, ils procurent les fondements nécessaires à la transformation des problèmes relatifs à la santé des femmes en mesures standard d'amélioration de la qualité."

Les Rapports sur les hôpitaux sont utilisés pour informer sur les initiatives d'amélioration de la qualité. Par exemple, le Conseil finance un projet sur l'amélioration de la qualité qui fait intervenir de multiples hôpitaux. Ce projet intitulé IC5, qui vise à améliorer les soins favorisant la continence dans les établissements de soins complexes, émane du Rapport sur les hôpitaux 2003 : Soins continus complexes. Le projet IC5 s'intéresse particulièrement à l'incontinence urinaire. Soulignons que ce problème est beaucoup plus fréquent chez la femme (une femme sur quatre en est atteinte contre un homme sur dix) et est une cause courante d'institutionnalisation à long terme, d'isolement social et de réduction des capacités et de la qualité de vie. Les femmes éprouvent souvent une perte des capacités physiques et de la mobilité en raison de ce problème.

Les quatre Rapports sur les hôpitaux 2005 ainsi que les rapports précédents figurent sur le site www.hospitalreport.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet du Conseil ontarien des services de santé pour les femmes et de ce qu'il fait, rendez-vous au www.womenshealthcouncil.on.ca.

Le Conseil ontarien des services de santé pour les femmes a été établi en 1998 par le ministre de la Santé et des Soins de longue durée. Il conseille le ministre sur la santé des femmes et fait la promotion du changement dans le réseau de la santé. Les membres du Conseil possèdent une solide expérience dans des domaines tels que la recherche, la santé publique et communautaire, les questions ministérielles et les enjeux en consommation.

 

LA SANTE DES FEMMES TELLE QUE MISE EN PERSPECTIVE DANS LE RAPPORT SUR LES HOPITAUX 2005

Points saillants au sujet du système

La série des Rapports sur les hôpitaux 2005 compte quatre titres :

Ces rapports se basent sur des données de 2003-2004 et comportent cinq volets, soit les soins aux patients, la satisfaction des patients, l'acceptation du changement, la situation financière et la santé des femmes mise en perspective. Les hôpitaux se soumettent volontairement à l'enquête préalable à la rédaction de ces rapport indépendants préparés par l'Equipe de recherche pour le rapport sur les hôpitaux, organisme basé à l'Université de Toronto, et l'Institut canadien d'information sur la santé pour le compte de l'Association des hôpitaux de l'Ontario et le ministère de la Santé et des Soins de longue durée. Un tableau de bord prospectif sert à rendre compte du rendement des hôpitaux ontariens.

Le Rapport sur les hôpitaux 2005 : Services de réadaptation illustre le rendement de 45 des 54 hôpitaux ontariens offrant des services de réadaptation dans des établissements publics désignés et à des adultes hospitalisés. Il ne traite pas des services de réadaptation offerts en contexte de soins actifs, à des patients non hospitalisés, en milieu communautaire ou à domicile. Ses résultats sont basés sur des données de 2003 2004.

Constats clés au sujet de la santé des femmes :

Le Rapport sur les hôpitaux 2005 : Services des urgences rend compte de 85 pour 100 des visites dans les services des urgences des hôpitaux et de 92 des 124 associations hospitalières où l'on trouve un service des urgences. Ses résultats sont basés sur des données de 2003 2004.

Constats clés au sujet de la santé des femmes :

Le Rapport sur les hôpitaux 2005 : Soins actifs rend compte du rendement de 98 des 123 organismes admissibles ayant volontairement participé à l'enquête préalable au rapport. Il tient compte de 95 pour 100 des hospitalisations en soins actifs. Ses résultats sont basés sur des données de 2003-2004.

Constats clés au sujet de la santé des femmes :

Le Rapport sur les hôpitaux 2005 : Soins continus complexes rend compte de 54 des 106 organismes admissibles (soit 51 pour 100) et couvre 85 pour 100 des jours-patient en contexte de soins continus complexes.

Les constats sont basés sur des données de 2003-2004. Constats clés au sujet de la santé des femmes :

Que fait le Conseil ontarien des services de santé pour les femmes pour améliorer la santé des femmes en Ontario?

Que sont les Rapports sur les hôpitaux?

Latest news

Browse by topic