Menaces par courriel à des groupes de femmes : La société juge intolérables et condamnables les menaces violentes

Monday, July 26 2010

MONTREAL, le 1 déc. /CNW Telbec/ - A l'issue du procès de Donald Doyle, trouvé coupable des 33 chefs d'accusation qui pesaient contre lui pour avoir transmis par courriel des menaces violentes à l'endroit de femmes engagées dans la défense des droits des femmes, "nous tenons à rappeler l'importance de dénoncer toute menace violente et de ne pas hésiter à porter plainte auprès de la police", de déclarer Michèle Asselin, présidente de la Fédération des femmes du Québec.

 

Internet représente un outil puissant. Son utilisation peut être problématique. La prolifération de propagande haineuse ou de menaces par ce moyen de communication ne doivent pas être banalisées, que la victime soit un individu ou un groupe de personnes ou encore un organisme de défense des droits humains. C'est ce que nous démontrent les conclusions de ce procès.

 

Le sérieux et le professionnalisme avec lesquels l'affaire a été traitée, que ce soit par les policiers, les enquêteurs, le procureur, les juges et le jury, composé de 6 hommes et de 6 femmes, témoignent du fait que dans notre société on ne peut menacer impunément une autre personne. "Nous sommes satisfaites du verdict de culpabilité rendu par le jury et de la sentence prononcée par le juge Boilard", d'ajouter Madame Asselin.

http://www.cnw.ca/fr/releases/archive/December2005/01/c2341.html

Latest news

Browse by topic