Politique québécoise de condition féminine : Un constat implacable et ? sans fonds !

Thursday, August 12 2010

Montréal, le jeudi 21 décembre 2006 – Le Conseil québécois des gais et lesbiennes tient à témoigner sa satisfaction envers la ministre de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine, Madame Carole Théberge pour le dépôt de la politique gouvernementale pour l’égalité entre les hommes et les femmes : « Pour que l'égalité de droit devienne une égalité de fait ». Le CQGL félicite la ministre et son gouvernement qui reconnaissent enfin que l’homophobie envers les lesbiennes place celles-ci dans une situation de vulnérabilité accrue face à toutes les formes de violence envers les femmes. En reconnaissant que l’homophobie conjuguée au sexisme ajoute un problème sur un autre, le gouvernement témoigne d’une prise de conscience nécessaire d’une réalité des plus dramatiques de notre communauté.

« Dans une société dite civilisée, telle que la nôtre, que des femmes soient encore quotidiennement victimes de violence est inacceptable et inexcusable. Que parmi celles-ci, les lesbiennes se voient davantage cibler par cette violence est une aberration », déclare Steve Foster, président du
CQGL.

Aussi, le CQGL profite de l’occasion pour souligner que le plan d’action triennal de la ministre aurait bénéficié de certaines mesures plus coercitive et que les 24 millions alloués à sa réalisation sont jugés nettement insuffisants
d’autant, qu’une trop faible part de ce montant est directement versé aux nombreux organismes venant en aide aux femmes dont ceux desservant la
clientèle lesbienne. Depuis de nombreuses années, ces groupes ou organismes souffrent d’un financement inadéquat en regard des nombreux services qu’ils dispensent auprès de leurs clientèles.

Par ailleurs, le CQGL attend avec impatience le plan d’action qu’entend mettre de l’avant la ministre Théberge à l’égard des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence. « Il est clair que les besoins des femmes pour ce type de ressources sont, à l’heure actuelle, immenses et en nombre insuffisant. Il est donc primordial que la ministre et son gouvernement injectent les sommes nécessaires afin que les intervenant-e-s du milieu puissent offrir des services adaptés aux femmes et aux lesbiennes qui utilisent ce type de ressource », souligne M. Foster. « En fait, toutes les actions du gouvernement en matière de condition féminine doivent démontrer clairement que la seule politique acceptable au Québec à l’égard de la discrimination et de la violence envers les femmes en est une de tolérance zéro. », dit en terminant M. Foster.

Conseil québécois des gais et lesbiennes
www.cqgl.ca
 

Latest news

Browse by topic