Qui a peur des groupes de revendications?

Wednesday, July 28 2010

Le 10 septembre 2007 Qui a peur des groupes de revendications?

La revendication et la défense des droits doivent faire partie du plan gouvernemental pour le secteur sans but lucratif si on veut entendre la voix de groupes marginalisés. Voilà le message que donnent des organismes au gouvernement du Nouveau-Brunswick. Le rapport final du Groupe d'étude du Premier ministre sur le secteur communautaire sans but lucratif que préside Claudette Bradshaw est attendu plus tard cette semaine.

« Présentement, les groupes de revendication qualifient rarement pour du financement et ont de la difficulté à établir une relation avec les gouvernements » selon Ginette Petitpas-Taylor, la présidente du Conseil consultatif sur la condition de la femme au Nouveau-Brunswick. « Plusieurs iniquités existent encore dans la province - tel que la pauvreté, la violence faite aux femmes, l'iniquité salariale, le manque de participation des femmes dans la vie publique. Ces iniquités ne disparaîtront jamais sans le travail de revendication. Il est donc essentiel de soutenir les groupes qui donnent une voix aux populations les plus démunies de notre société. »

Jody Dallaire, coordonnatrice de la Coalition pour des services de garde à l'enfance dit que le groupe demande à Claudette Bradshaw, en tant que responsable du Groupe d'étude du Premier ministre sur le secteur communautaire sans but lucratif, « de faire des recommandations distinctes pour soutenir le travail des groupes de revendication. La stratégie du gouvernement provincial est une excellente occasion de changer la relation de travail entre le gouvernement et les groupes de revendication sans but lucratif. »

« D'autres provinces, comme le Québec et Terre-Neuve, appuient financièrement les groupes de revendications. Le Nouveau-Brunswick devrait en faire autant », soutient Anne-Marie Gammon, présidente de la Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick.

« Le gouvernement provincial se doit de reconnaître le rôle que jouent les groupes de revendications dans l'élaboration et l'amélioration des politiques gouvernementales" selon Karen Dunnett, directrice régionale de la Fédération canadienne des femmes diplômées des universités. « Quoique la livraison de services directs, comme les banques alimentaires et les programmes de santé et d'éducation, soit incontestablement importante, il est tout aussi essentiel de s'attaquer aux causes profondes des problèmes comme la pauvreté et la faim. Il est important que les organismes puissent consacrer leurs ressources, en tout ou en partie, à la défense des droits. Il est également essentiel que les personnes qui oeuvrent à la défense des droits aient leur mot à dire. »

Selon Jackie Matthews, la coordonnatrice de la Coalition des maisons de transition du Nouveau-Brunswick, « Les groupes de revendication travaillent généralement pour les droits de ceux d'entre nous qui sont confrontés à de la discrimination. Quand les groupes n'ont pas le temps, les ressources et la liberté nécessaires pour prendre parole et exposer les besoins et la réalité de leur communauté, c'est la société toute entière qui en souffre. La revendication fait partie de la démocratie - elle permet d'apporter des améliorations ».

Les groupes demandent aussi un fond d'engagement civique pour aider les groupes communautaires à participer aux activités de consultation du gouvernement, couvrant les frais nécessaires incluant la recherche et la préparation de documents.

« Un fond d'engagement civique reconnaîtrait l'expertise que les groupes communautaires apportent aux consultations gouvernementales, de dire Sue Calhoun du Business & Professional Women's Clubs du Nouveau-Brunswick. Ces groupes ont la confiance de la population qu'ils représentent. C'est essentiel dans une société démocratique et leur rôle doit être reconnu ». 

Groupes signataires :
Coalition pour des services de garde à l'enfance du N.-B., Jody Dallaire, 855-8977.
Coalition pour l'équité salariale du N.-B., Anne-Marie Gammon, 855-0002; 545-6821.
Urban Core Support Network - Brenda Murphy.
Front commun pour la justice sociale.
Alliance des femmes de la francophonie canadienne, Paulette Sonier-Rioux, v.-p., 613-241-3500.
YWCA of Moncton, Christina Guthrie.
New Brunswick Business & Professional Women's Clubs, Sue Calhoun, 877-2343.
Fédération canadienne des femmes diplômées d'universités (NB), Karen Dunnett, 533-9839.
Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick.

Appuyés du Conseil consultatif sur la condition de la femme au N.-B., Rosella Melanson, 444-4101, 1-800-332-3087.

Latest news

Browse by topic