Résultats de l'analyse comparative selon les sexes : étude par le Réseau National Éducation femmes

Monday, July 26 2010

Résultats de l'analyse comparative selon les sexes : étude par le Réseau National Éducation femmes

Ottawa le 19 novembre 2003 - Le Réseau National Éducation femmes (RNAEF) vient de compléter une étude auprès d'un échantillon d'étudiantes et d'étudiants inscrits en première et deuxième année dans des institutions universitaires dans la francophonie hors Québec. Les étudiantes et étudiants qui ont participé à notre enquête provenaient des cinq institutions suivantes : l’Université de Moncton (NB), l’Université d'Ottawa (ON), l’Université Ste-Anne (NE), l’Université de la Laurentienne (ON) et le Collège universitaire de Saint-Boniface (MB).

L'analyse différenciée selon les sexes avait pour objectif de connaître et de comparer la situation économique des étudiantes et étudiants vivant en milieu minoritaire et poursuivant des études post secondaires. Les résultats obtenus ont permis de comparer la situation des filles et des garçons sur les variables suivantes : le revenu annuel base sur le travail a temps plein ou a temps partiel; les sources de revenu la plus importante pendant leurs études; l’accès a un logement abordable, la conciliation
travail et études, les taux comparatifs des depenses, l’accès a l’aide financière (prets et bourses) et finalement les taux d'endettement pour l’obtention d'un diplome universitaire.

La majorité des étudiantes et des étudiants interviewés ont 19 ou 20 ans, sont célibataires et essaient inscrits dans divers programmes d'études. Les résultats obtenus nous permettent de faire plusieurs constats importants. En ce qui concerne le revenu annuel, 44 % des étudiants gagnent un salaire moyen de plus de 10,000 $ comparativement a 24 % chez les étudiantes. Pourtant, nous constatons que les étudiantes sont plus susceptibles de travailler pendant leurs études que les étudiants. En effet, 62 % des filles travaillent pendant leurs études (dont 60% a temps partiel), comparativement a 42 % chez les étudiants (dont 39 % a temps partiel). De plus, 69 % des étudiantes et 69 % des étudiants travaillent à plein temps I'été. Comment expliquer l’écart salarial entre les étudiantes et les étudiants. Selon Jeanne d'Arc Gaudet, présidente du Réseau national d'action éducation femmes, «il s'agit ici d'une même problématique « salaire inégal pour un travail de valeur égale » que chez les femmes en milieu de travail et qui gagnent moins que les hommes pour un travail de valeur égale ». En ce qui concerne la question d'accès a un logement a prix abordable, un pourcentage important d'étudiantes et d'étudiants indique qu'il est difficile de trouver un logement convenable a un prix abordable. Nous avons aussi voulu comprendre comment les étudiantes et les étudiants concilient le travail et les études. Les résultats montrent que la plupart des étudiantes et des étudiants travaillent pendant leurs études. Parmi celles et ceux qui travaillent, 46 % des étudiantes expriment qu'elles éprouvent beaucoup et un peu de difficulté a concilier leur travail et leurs études. Pour les étudiants, 50 % disent éprouver un peu de difficulté. Les résultats nous indiquent aussi qu'environ la moitie de ceux et celles qui travaillent pendant leurs études croient que le fait de travailler tout en étudiant crée un impact négatif sur leurs résultats scolaires et ici, il y a très peu de différence entre les sexes.

Qu'en est-il des résultats sur les sources de financement et le taux d'endettement des étudiantes et des étudiants? Nous constatons qu'il n'y a pas de différences importantes entre les sexes concernant les dépenses mensuelles diverses. Cependant, les résultats indiquent que plus d'étudiantes que d'étudiants ont obtenu des bourses de mérite des Universités tandis que 39 % des étudiantes et 31 % des étudiants ont reçu un prêt du gouvernement provincial. Depuis quelques années, les filles composent la majorité de l’ensemble des étudiants dans les Universités ce qui peut expliquer qu'elles obtiennent plus de bourses. La recherche indique que 56 % des étudiantes sont endettées en ce moment comparativement a 46% chez les étudiants et lorsque les études seront complétées, 81 % des étudiantes prévoient être endettées, comparativement a 69 % chez les étudiants. Aussi, des que les études seront complétées, la dette moyenne triplera et atteindra en moyenne plus de 30,000 $ pour les étudiantes et les étudiants. Tout de même, 12 % des étudiantes et 8 % des étudiants disent qu'il est probable qu'ils abandonneront leurs études au cours des prochaines années pour des raisons financières. Suite aux résultats, Mad. Gaudet estime que les divers gouvernements doivent faire plus pour faciliter I'accès a l’éducation post secondaire pour les jeunes vivant en milieu francophone minoritaire. Entre autres, ils doivent mettre en place des programmes de bourses et augmenter le financement des institutions de manière a recruter et faciliter l’intégration des étudiantes et des étudiants. De plus, des mesures doivent être prises pour diminuer l'endettement étudiant. Pour ce faire, des politiques sur l’équité salariale doivent aussi être mises en place de manière à enrayer la discrimination salariale chez les étudiantes.

La production de cette Analyse comparative selon les sexes a été rendue possible grâce à la contribution financière du Programme de promotion de la femme de Condition féminine Canada. Elle est disponible sur notre site Internet sous la rubrique « Publications ».

Le Réseau national d'action éducation femmes (RNAEF) est un regroupement national de personnes et de groupes qui visent à obtenir des changements sociaux et économiques afin d'atteindre une société égalitaire et équitable en privilégiant, chez les femmes francophones vivant en milieu minoritaire, l’éducation en français sous toutes ses formes. Depuis son incorporation en 1983, le RNAEF coordonne la diffusion d'information et de documentation sur la situation des femmes francophones au Canada. Il continue aujourd'hui de promouvoir I'accès a des services éducatifs de qualité.

Pour informations veuillez contacter
Jeanne d'Arc Gaudet
Professeure à l’Université de Moncton et présidente du RNAEF
506-858-4414
Roseau national d'action éducation femmes
1173, chemin Cyrville, bureau 306, Ottawa, Ontario K1J 7S6
Tel: (613) 741-9978
Telec : (613) 741-3805
Courriel: rnaefaa@bellnet.ca
site Web: www.rnaef.ca
 

Latest news

Browse by topic