Abolition du Prix Claire-Bonenfant : une offense à sa memoire!

Wednesday, July 28 2010

Abolition du Prix Claire-Bonenfant : une offense à sa memoire!

QUÉBEC, le 7 mars /CNW Telbec/ - La députée de Taschereau, porte-parole pour la Capitale nationale et présidente du caucus du Parti Québécois, Mme Agnès Maltais, dénonce l'abolition en catimini du Prix Claire-Bonenfant par le gouvernement Charest et demande à la ministre de la Condition féminine, Carole Théberge, d'intervenir afin que le gouvernement revienne sur sa décision.

«Mme Claire Bonenfant a oeuvré à l'avancement de l'égalité et de la justice dans toutes les sphères de la vie québécoise. Précieuse figure citoyenne régionale ayant atteint une renommée nationale, son engagement était un modèle d'une telle puissance que la société avait cru bon nommer un prix en son honneur. En abolissant le Prix Claire-Bonenfant en catimini, le gouvernement fait une offense à sa mémoire», a déclaré Mme Maltais.

Elle a rappelé que Claire Bonenfant a été présidente du Conseil du statut de la femme pendant six ans et qu'elle a contribué à doter le Québec de sa première politique en matière de condition féminine. Outre la présidence du Salon du livre de la capitale pendant six ans, cette femme libraire et éditrice a été coordonnatrice des programmes d'accès à l'égalité au ministère de l'Education et consultante en équité salariale. Elle a également été cofondatrice du Ralliement pour l'indépendance nationale et a été reçue Chevalier à l'Ordre national du Québec en 1991.

C'est peu après sa mort en 1996 qu'un prix avait été nommé en son honneur. Ce prix était remis à l'occasion de la Semaine de la citoyenneté et visait à souligner des réalisations exemplaires en vue de promouvoir la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, de même qu'à l'éducation à la citoyenneté et à la vie démocratique.

«C'est déplorable que le gouvernement tente ainsi de rayer le nom de Claire Bonenfant de l'histoire. La ministre responsable de la Condition féminine a manqué à son devoir en laissant cette situation se produire. Toute grande femme mérite les honneurs et je trouve inadmissible le manque de respect flagrant derrière cette décision qui doit être revue. Le Prix Claire- Bonenfant doit renaître», a indiqué la députée de Terrebonne et porte-parole de l'opposition officielle en matière de condition féminine et d'action communautaire, Mme Jocelyne Caron.

Pour sa part, la famille de Claire Bonenfant est absolument en désaccord avec la façon de faire du gouvernement. «La suppression du Prix Claire- Bonenfant s'est faite sans considération pour ses proches. Le gouvernement se montre irrespectueux de la mémoire de cette femme engagée et adopte une attitude contraire aux valeurs démocratiques qu'elle a défendues toute sa vie», a indiqué la fille de Claire Bonenfant, Mme Odette Pouliot.

Mmes Maltais et Caron demandent au gouvernement de revenir sur sa décision. Il existe plusieurs ministères et secrétariats qui pourraient décerner ce prix et le faire rayonner davantage. La porte-parole de la famille, Mme Pouliot, se déclare très disposée à l'idée de collaborer aux ajustements si nécessaire.

Source:

http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Mars2006/07/c4839.html

 

Latest news

Browse by topic